The Missing Link, 2015

agrandir l'image

© Ulrike Schmitz

Après que le génome de l’homme de Néandertal, mort il y a 39'000 ans, ait été déchiffré en 2013, les scientifiques planifient de le reproduire artificiellement dans une cellule souche humaine. Ainsi, la (re)naissance d’un clone du Néandertal est un scénario scientifique qu'il faut prendre au sérieux, et dont Ulrike Schmitz reprend la trace dans « The Missing Link ». C'est le point de départ d’une réflexion visuelle sur la modification de notre rôle dans l’histoire de l’évolution. « L’homme d'aujourd'hui est une impasse ; l’homme mécanique, certes une rupture dans l’évolution organique, se situe lui plutôt dans la tradition d'une évolution. » (J.D. Bernal, 1929). (US)

Bio

Ulrike Schmitz (1975, Deutschland) lebt und arbeitet in Berlin. Sie hat ihr Fotografiestudium 2012 an der Ostkreuzschule für Fotografie in Berlin abgeschlossen. 2015 wurde sie vom Musée de l’Elysée, Lausanne, für reGeneration3 ausgewählt. Ihre Arbeiten wurden mehrfach in Europa, den USA sowie in Australien ausgestellt.

ulrike-schmitz.com